• Les vertus du Coran


Sourate Joseph (Joseph)
Cheik / Mohammad El Menshawe

  • Au nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

    12:1 Alif. Lam. Ra. Tels sont les versets du Livre explicite.

    12:2 Nous l’avons certes révélé : un Coran en langue arabe, afin que vous raisonniez.

    12:3 Nous te racontons le meilleur récit, (ô Mohammed), en te révélant ce Coran, bien qu’auparavant tu fusses du nombre de ceux qui sont inattentifs.

    12:4 Lorsque Joseph dit à son père : « Ô mon père ! J’ai vu, en rêve, onze étoiles, et aussi le soleil et la lune ; je les ai vus prosternés devant moi. ».

    12:5 « Ô mon fils, dit-il, ne parle pas de ta vision à tes frères, de crainte qu’ils n’ourdissent un complot contre toi. Satan est certainement, pour l’homme, un ennemi déclaré.

    12:6 Ainsi ton Seigneur te choisira et t’enseignera l’interprétation des événements. Il parachèvera Sa grâce sur toi et sur la famille de Jacob, tout comme Il l’a parachevée sur tes ancêtres, Abraham et Isaac. Ton Seigneur est certes Omniscient et Sage. »

    12:7 Il y a certainement, en Joseph et ses frères, des signes pour ceux qui interrogent.

    12:8 Lors ceux-ci dirent : « En vérité, Joseph et son frère sont plus chers à notre père que nous ne le sommes, bien que nous soyons nombreux. Notre père est vraiment dans l’erreur.

    12:9 (L’un d’eux dit) : « Tuez Joseph ou envoyez-le au loin dans n’importe quel pays, afin que le visage de votre père ne se détourne plus de vous. Après cela, vous pourrez être des gens vertueux ! »

    12:10 Puis l’un d’eux dit : « Ne tuez pas Joseph ; mais si vous êtes disposés à agir, jetez-le au fond du puits ; une caravane le trouvera. »

    12:11 Ils dirent : « Ô notre père ! Qu’as-tu à ne pas te fier à nous au sujet de Joseph, alors que nous sommes bien intentionnés à son égard ?

    12:12 Envoie-le faire une promenade avec nous, demain, afin qu’il puisse s’amuser ; nous veillerons sur lui. »

    12:13 Il dit : « En vérité, cela m’attriste que vous l’emmeniez avec vous ; et je crains que le loup ne le dévore dans un moment où vous ne ferez pas attention à lui. »

    12:14 Ils dirent : « Si le loup le dévore alors que nous sommes si nombreux, nous serons vraiment les perdants. »

    12:15 Lorsqu’ils l’eurent emmené et qu’ils se furent mis d’accord pour le jeter au fond du puits, Nous lui révélâmes : « Tu leur parleras sûrement de cette affaire sans qu’ils se rendent compte. »

    12:16 Ils vinrent à leur père, le soir, en pleurant.

    12:17 Ils dirent : « Ô notre père ! Nous sommes allés faire une course, entre nous, et nous avons laissé Joseph près de nos effets ; et le loup l’a dévoré. Mais tu ne nous croiras jamais, quand bien même nous te disons la vérité. »

    12:18 Ils apportèrent sa chemise tachée d’un faux sang. Il dit : « Non, votre âme vous a plutôt suggéré quelque chose. Il ne me reste plus qu’à m’armer d’une belle patience. C’est auprès de Dieu qu’il me faut chercher secours contre ce que vous racontez. »

    12:19 Puis vint une caravane. Ils envoyèrent leur porteur d’eau, qui fit descendre son seau (dans le puits). Il dit : « Bonne nouvelle ! Voici un jeune garçon ! » Ils le dissimulèrent comme une marchandise, cependant que Dieu savait fort bien ce qu’ils faisaient.

    12:20 Ils le vendirent à prix dérisoire, pour quelques pièces d’argent ; ils le considéraient comme indésirable.

    12:21 L’Égyptien qui l’acheta dit à sa femme : « Accorde-lui un séjour honorable. Il se peut qu’il nous soit utile ou que nous l’adoptions comme fils. » Ainsi avons-Nous établi Joseph dans cette terre, afin de lui enseigner l’interprétation des événements. Dieu est Souverain en Son commandement ; mais la plupart des gens ne le savent pas.

    12:22 Quand il eut atteint sa maturité, Nous lui accordâmes sagesse et savoir. C’est ainsi que Nous récompensons les bienfaisants.

    12:23 Or, celle qui l’avait reçu dans sa maison chercha à le séduire. Elle verrouilla les portes et dit : « Viens ! » Il dit : « Je cherche refuge auprès de Dieu ! Certes, [ton mari] est mon maître et il m’a traité de façon honorable. Certes, les injustes ne réussissent jamais. »

    12:24 Elle le désirait vraiment, et il l’aurait désirée n’eut été ce qu’il vit comme preuve évidente de son Seigneur. Ainsi fut-il, afin que Nous écartions de lui le mal et l’indécence. Il était certes un de Nos serviteurs élus.

    12:25 Tous deux coururent vers la porte, et elle lui déchira sa chemise par derrière. Ils trouvèrent son mari à la porte et elle dit : « Quelle serait la punition pour quiconque a cherché à faire du mal à ta famille, sinon la prison, ou un châtiment douloureux ? »

    12:26 (Joseph) dit : « C’est elle qui a voulu me séduire. » Et un témoin, de sa famille à elle, témoigna : « Si sa chemise est déchirée par devant, alors elle dit la vérité tandis qu’il ment.

    12:27 Mais si sa chemise est déchirée par derrière, alors c’est elle qui ment, tandis qu’il dit la vérité. »

    12:28 Alors quand (le mari) vit que sa chemise était déchirée par derrière, il dit : « C’est bien de votre ruse de femmes ! Vos ruses sont vraiment énormes !

    12:29 Joseph, détourne-toi de tout cela. Et toi, (femme), implore le pardon pour ton péché, car tu es certes fautive. »

    12:30 Dans la ville, des femmes dirent : « La femme du gouverneur essaie de séduire son serviteur ! Il l’a vraiment rendue folle d’amour. Nous la voyons, certes, dans un égarement évident. »

    12:31 Lorsqu’elle entendit parler de leurs propos malicieux, elle les envoya chercher et prépara pour elles un endroit confortable, remit à chacune d’elles un couteau et dit (à Joseph) : « Sors devant elles ! ». Lorsque les femmes le virent, elles tombèrent en admiration, se coupèrent les mains et s’exclamèrent : « Dieu nous préserve ! Ce n’est pas un être humain ! Ce n’est autre qu’un ange gracieux ! »

    12:32 Elle dit : « Voilà donc celui à propos duquel vous me blâmiez. J’ai tenté de le séduire, mais il s’est avéré chaste. Mais s’il ne fait pas ce que je lui commande, il sera certainement emprisonné et sera certes parmi les humiliés. »

    12:33 Il dit : « Ô mon Seigneur ! La prison m’est préférable à ce à quoi elles m’invitent. Si Tu n’éloignes pas de moi leur ruse, je finirai par avoir un penchant pour elles et serai du nombre des ignorants. »

    12:34 Son Seigneur exauça sa prière et éloigna de lui leur ruse. C’est Lui, vraiment, qui entend tout et qui est Omniscient.

    12:35 Puis, après qu’ils eurent vu les preuves (de son innocence), il leur sembla qu’ils devaient l’emprisonner pour un temps.

    12:36 Deux jeunes hommes entrèrent avec lui en prison. L’un d’eux dit : « J’ai rêvé que je pressais du raisin [pour en faire du vin]... ». Et l’autre dit : « Et moi, j’ai rêvé que je portais sur ma tête du pain que les oiseaux venaient manger. Donne-nous l’interprétation (de ces rêves), car nous te considérons comme faisant partie du nombre des bienfaisants.»

    12:37 Il dit : « La nourriture qui vous est attribuée (quotidiennement) ne vous parviendra pas avant que je ne vous en donne l’interprétation. Cela fait partie de ce que mon Seigneur m’a enseigné. Certes, j’ai abandonné la religion d’un peuple qui ne croit ni en Dieu ni en l’au-delà.

    12:38 J’ai suivi la religion de mes ancêtres, Abraham, Isaac et Jacob. Il ne nous est jamais convenu d’associer à Dieu quoi que ce soit. C’est là une grâce de Dieu sur nous et sur tout le monde ; mais la plupart des gens ne sont pas reconnaissants.

    12:39 Ô mes deux compagnons de prison! Qu’est-ce qui est meilleur ? Divers dieux éparpillés ? Ou Dieu, l’Unique, le Tout-Puissant ?

    12:40 Ceux que vous adorez, en dehors de Lui, ne sont que des noms que vous avez inventés, vous et vos ancêtres, et à l’appui desquels Dieu n’a fait descendre aucune preuve. Le pouvoir n’appartient qu’à Dieu, et Il vous a commandé de n’adorer que Lui. Telle est la religion véritable, mais la plupart des gens ne le savent pas. »

    12:41 « Ô mes deux compagnons de prison ! L’un de vous versera du vin à boire à son maître. Quant à l’autre, il sera crucifié et les oiseaux mangeront de sa tête. L’affaire au sujet de laquelle vous me consultez est déjà décidée. »

    12:42 Il dit à celui des deux dont il pensait qu’il serait libéré : « Parle de moi à ton maître. » Mais Satan lui fit oublier de mentionner (Joseph) à son maître. Joseph demeura donc en prison quelques années.

    12:43 Le roi dit : « En vérité, j’ai vu en rêve sept vaches grasses mangées par sept vaches maigres ; et sept épis de maïs verts, et sept autre épis, secs. Ô notables ! Expliquez-moi ma vision, si vous savez interpréter les rêves. »

    12:44 Ils dirent : « C’est un mélange confus de rêves ! Nous ne savons pas interpréter les rêves ! »

    12:45 Or, celui des deux qui avait été libéré et qui après tout ce temps se rappelait, dit : « Je vous en donnerai l’interprétation; laissez-moi partir. »

    12:46 (Lorsqu’il arriva devant Joseph, dans la prison, il s’exclama) : « Ô toi Joseph ! Le véridique ! Explique-nous (ce rêve) de sept vaches grasses que mangent sept vaches maigres, ainsi que des sept épis de maïs verts et des sept autres épis, secs, afin que je retourne auprès de ces gens et qu’ils sachent [l’interprétation exacte du rêve]. »

    12:47 Alors Joseph dit : « Vous sèmerez pendant sept années consécutives, comme d’habitude. Mais tout ce que vous récolterez, laissez-le en épi, sauf un peu que vous consommerez.

    12:48 Viendront ensuite sept années éprouvantes qui dévoreront tout ce que vous aurez amassé pour elles, sauf le peu que vous aurez réservé [comme semences].

    12:49 Puis, viendra après cela une année où les gens auront de la pluie en abondance et où ils iront au pressoir. »

    12:50 Alors le roi dit : « Amenez-le-moi. » Puis, lorsque l’émissaire arriva auprès de lui, (Joseph) dit : « Retourne auprès de ton maître et demande-lui : « Quelle était la raison qui poussa les femmes à se couper les mains ? Mon Seigneur connaît bien leur ruse. »

    12:51 (Le roi), donc, (envoya chercher ces femmes) et leur demanda : « Que s’est-il passé lorsque vous avez tenté de séduire Joseph ? » Elles dirent : « Dieu nous préserve ! Nous ne connaissons rien de mauvais à son sujet. » Et la femme du gouverneur dit : « Maintenant, la vérité va sortir : c’est moi qui ai voulu le séduire. Et il est, vraiment, du nombre des véridiques. »

    12:52 (Alors Joseph dit) : « (J’ai demandé cela) afin que (mon Seigneur) sache que je ne l’ai pas trahi en secret. En vérité, Dieu ne guide pas la ruse des traîtres. »

    12:53 Je ne tente cependant pas de me disculper, car l’âme incite au mal – à l’exception de celle à laquelle Mon Seigneur accorde Sa Miséricorde.Mon Seigneur est Pardonneur et plein de Miséricorde.

    12:54 Alors le roi dit : « Amenez-le moi ! Je me le réserve pour moi-même. » Et après s’être entretenu avec lui, le roi lui dit : « Certes, tu occupes dès aujourd’hui, en notre présence, une position d’honneur et de confiance. »

    12:55 Alors Joseph dit : «Confie-moi la gestion des dépôts de ce territoire ; je suis certes un gardien avisé et intègre. »

    12:56 Ainsi avons-Nous donné à Joseph le pouvoir sur cette terre, et il en disposait comme il lui plaisait. Nous faisons descendre Notre miséricorde sur qui Nous voulons et ne faisons pas perdre aux hommes de bien la récompense [de leurs œuvres].

    12:57 La récompense de l’au-delà est bien meilleure pour ceux qui croient et se prémunissent.

    12:58 Les frères de Joseph vinrent et se présentèrent à lui ; il les reconnut, mais eux ne le reconnurent pas.

    12:59 Quand il leur eut fourni leurs provisions, il leur dit : « Amenez moi un frère à vous de votre père. Ne voyez-vous pas que je donne la pleine mesure et que je suis le meilleur des hôtes ?

    12:60 Si vous ne me l’amenez pas, il n’y aura plus de provisions pour vous, chez moi, et vous ne m’approcherez plus. »

    12:61 Ils dirent : « Nous tenterons de convaincre son père. C’est ce que nous ferons ; nous te l’assurons.»

    12:62 Alors (Joseph) ordonna à ses serviteurs : « Remettez dans leurs sacoches leurs marchandises, [avec lesquelles ils ont payé leurs provisions] ; peut-être les reconnaîtront-ils quand ils seront de retour parmi les leurs, et reviendront-ils alors. »

    12:63 Lorsqu’ils furent de retour chez leur père, ils dirent : « Ô notre père ! Il nous sera refusé, [à l’avenir], de nous ravitailler en grains. Envoie donc notre frère avec nous, afin que nous obtenions des provisions. Nous veillerons bien sur lui. »

    12:64 Il dit : « Devrais-je vous le confier comme je vous ai confié son frère dans le passé ? Mais Dieu est le meilleur gardien, et Il est le plus Miséricordieux des miséricordieux ! »

    12:65 Lorsqu’ils ouvrirent leurs bagages, ils découvrirent qu’on leur avait rendu leurs marchandises. Ils dirent : « Ô notre père ! Que pouvons-nous demander (de plus) ? Voici que nos marchandises nous ont été rendues. Nous aurons ainsi plus de provisions pour notre famille, nous veillerons sur notre frère et nous recevrons, en plus, tout le chargement d’un chameau [en grains] ; et c’est une mesure gagnée facilement. »

    12:66 Il dit : « Je ne l’enverrai jamais avec vous, à moins que vous ne preniez l’engagement formel, au nom de Dieu, de me le ramener, à moins que vous ne soyez cernés de toutes parts. » Lorsqu’ils eurent pris l’engagement, il dit : « Dieu est témoin de ce que nous disons. »

    12:67 Il ajouta : « Ô mes fils ! N’entrez pas par une seule porte, mais entrez par des portes différentes. Je ne peux cependant vous être d’aucune utilité contre Dieu, car la décision n’appartient qu’à Lui ; c’est en Lui que je place ma confiance, et c’est à Lui que s’en remettent ceux qui cherchent un appui solide. »

    12:68 Lorsqu’ils entrèrent [dans la cité], ils firent comme leur père leur avait commandé. Cela ne leur aurait servi à rien, en vérité, contre les arrêts de Dieu ; ce n’était, en fait, qu’un désir que Jacob avait voulu satisfaire en son âme. Et il possédait de nombreuses connaissances, que Nous lui avions enseignées. Mais la plupart des gens ne savent pas.

    12:69 Lorsqu’ils furent introduits auprès de Joseph, ce dernier retint son frère auprès de lui en disant : « Je suis ton frère. Ne te chagrine donc pas pour ce qu’ils ont fait. »

    12:70 Puis lorsqu’il leur eut fourni leurs provisions, il mit sa coupe dans la sacoche de son frère. Puis, un crieur annonça : « Ô caravaniers ! Vous n’êtes que des voleurs ! »

    12:71 Ils se retournèrent en disant : « Qu’avez-vous perdu ? »

    12:72 Ils répondirent : « Nous avons perdu la coupe du roi ; et celui qui nous la rapportera recevra la charge d’un chameau. » [Et Joseph ajouta] : « Je m’en porte garant. »

    12:73 Ils dirent : « Par Dieu ! Vous savez certes que nous ne sommes pas venus pour semer la corruption sur ce territoire ; nous ne sommes pas des voleurs. »

    12:74 Les autres répondirent : « Quelle sera donc la punition s’il s’avère que vous avez menti ? »

    12:75 Ils dirent : « La punition sera que celui dans le sac duquel sera retrouvée la coupe sera détenu [comme esclave] afin d’expier [son crime]. C’est ainsi que nous punissons les malfaiteurs. »

    12:76 Alors (Joseph) commença (par fouiller) les sacs des autres avant celui de son frère ; puis, il sortit (la coupe) du sac de ce dernier. Ainsi avons-Nous planifié [les choses] pour Joseph. Il ne pouvait arrêter son frère sur la base de la justice du roi, à moins que Dieu ne l’eût voulu. Nous élevons en degrés de miséricorde qui Nous voulons ; et au-dessus de tout homme de savoir se trouve Celui qui sait tout.

    12:77 Ils dirent : « S’il a volé, un de ses frères a déjà volé avant lui. » Mais Joseph garda en lui son secret et ne le leur révéla point. Il se dit : « Votre situation est bien pire, et Dieu connaît mieux ce que vous avancez. »

    12:78 Ils dirent : « Ô gouverneur de ce territoire ! Certes, il a un père très vieux ; alors prends l’un de nous à sa place. Nous voyons que tu es du nombre des bienfaisants. »

    12:79 Il dit : « Que Dieu nous garde d’arrêter une personne autre que celle chez qui nous avons trouvé notre bien ! Nous serions alors vraiment injustes. »

    12:80 Puis, lorsqu’ils eurent perdu tout espoir (de le faire fléchir), ils se concertèrent en secret. L’aîné dit : « Ne savez-vous pas que votre père a pris de vous un engagement formel au nom de Dieu et que vous y avez déjà manqué, autrefois, à propos de Joseph ? Je ne quitterai point le territoire jusqu’à ce que mon père ne me le permette ou que Dieu juge en ma faveur; et Il est le meilleur des juges.

    12:81 Retournez chez votre père et dites-lui : « Ô notre père ! Ton fils a volé. Et nous ne te rapportons que ce dont nous avons été témoins ; nous ne pouvions surveiller ce qui se passait à notre insu.

    12:82 Interroge [les habitants de] la ville où nous étions, ainsi que la caravane avec laquelle nous avons voyagé jusqu’ici. Nous disons réellement la vérité. »

    12:83 (Et après qu’ils eurent parlé ainsi à leur père), [Jacob] dit : « Non, mais ce sont plutôt vos âmes qui vous ont inspiré quelque chose ! Il ne me reste plus qu’à m’armer d’une belle patience. Peut-être Dieu me les ramènera-t-Il tous les deux ? Car c’est Lui l’Omniscient, le Sage. »

    12:84 Puis il se détourna d’eux et dit : « Que mon chagrin est grand pour Joseph ! ». Et à force de pleurs et de chagrin, il perdit l’usage de la vue.

    12:85 Ils dirent: « Par Dieu, tu ne cesseras d’évoquer Joseph jusqu’à ce que ta santé en soit ruinée ou que tu sois parmi les morts. »

    12:86 Il répondit : « Je ne me plains qu’à Dieu de ma détresse et de mon chagrin. Et je sais, de Dieu, ce que vous ne savez pas.

    12:87 Ô mes fils ! Partez et renseignez-vous sur Joseph et son frère. Et ne désespérez pas de la miséricorde de Dieu, car seuls les mécréants désespèrent de Sa miséricorde. »

    12:88 Lorsqu’ils revinrent chez Joseph, ils dirent : « Ô gouverneur ! Le malheur nous a frappés, nous et notre famille, et la marchandise que nous apportons est sans grande valeur. Donne-nous une pleine mesure et sois charitable envers nous. Certes, Dieu récompense ceux qui sont charitables. »

    12:89 Il dit : « Savez-vous ce que vous avez fait à Joseph et son frère par votre ignorance ? »

    12:90 Ils dirent : « En réalité… Serais-tu Joseph ? » Il répondit : « Je suis Joseph, et voici mon frère. Certes, Dieu nous a favorisés. Quiconque craint Dieu et est patient… Très certainement, Dieu ne laisse jamais perdre la récompense de ceux qui font le bien. »

    12:91 Ils dirent : « Par Dieu ! En vérité, Dieu t’a préféré à nous, et nous avons été fautifs. »

    12:92 Il dit : « Point de récriminations contre vous aujourd’hui ! Que Dieu vous pardonne. Il est le plus Miséricordieux des miséricordieux.

    12:93 Emportez ma chemise que voici et passez-la sur le visage de mon père ; il recouvrira aussitôt la vue. Et revenez ensuite avec toute votre famille. »

    12:94 Dès que la caravane se mit en marche, leur père, [de son côté], dit : « Je perçois, certes, la présence de Joseph. Mais peut-être direz-vous que je radote. »

    12:95 Ils dirent : « Par Dieu, te voilà certes perdu dans tes vieilles idées erronées. »

    12:96 Puis quand arriva le porteur de bonnes nouvelles, il passa [la chemise de Joseph] sur le visage de Jacob et celui-ci recouvra la vue. Il dit alors : « Ne vous ai-je pas dit que je sais, de Dieu, ce que vous ne savez pas ? ».

    12:97 Ils dirent : « Ô notre père ! Implore, pour nous, le pardon pour nos péchés, car nous avons certes été fautifs. »

    12:98 Il dit : « J’implorerai pour vous le pardon de mon Seigneur ; car c’est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux. »

    12:99 Lorsqu’ils se présentèrent devant Joseph, celui-ci accueillit ses parents et dit : « Entrez en Égypte en toute sécurité, si Dieu le veut ! »

    12:100 Puis il fit monter ses parents sur le trône et tous tombèrent prosternés devant lui. Il dit alors : « Ô mon père ! Voilà l’interprétation de ma vision d’autrefois. Dieu l’a bel et bien réalisée. Il a été bon envers moi ; Il m’a fait sortir de prison et Il vous a fait venir du désert après que Satan eût semé la discorde entre mes frères et moi. Certes, mon Seigneur est plein de douceur envers ceux qu’Il veut. C’est Lui l’Omniscient, le Sage.

    12:101 Ô mon Seigneur ! Tu m’as donné du pouvoir et m’as enseigné l’interprétation des discours. [C’est Toi le] Créateur des cieux et de la terre. Tu es mon Gardien ici-bas et dans l’au-delà. Fais-moi mourir en état de soumisssion, et fais-moi rejoindre les vertueux. »

    12:102 Ce sont là des récits inconnus que Nous te révélons, (ô Mohammed). Tu n’étais pas là, avec eux, quand ils concevaient leurs plans.

    12:103 Et, bien que tu le souhaites ardemment, la plupart des gens ne croiront pas.

    12:104 Tu ne leur demandes pourtant aucun salaire pour cela. Ce n’est là qu’un rappel adressé à l’humanité tout entière.

    12:105 Dans les cieux et sur la terre, que de signes auprès desquels les gens passent en s’en détournant !

    12:106 La plupart d’entre eux ne croient en Dieu qu’en Lui attribuant des associés.

    12:107 Se croient-ils à l’abri d’être recouverts par le châtiment de Dieu ou de la venue soudaine de l’Heure, alors qu’ils ne s’y attendent pas ?

    12:108 Dis : « Voici ma voie. J’appelle les gens à (la religion de) Dieu en me fondant sur des preuves claires. C’est aussi la voie de ceux qui me suivent. Gloire à Dieu ! Je ne suis point du nombre des associateurs.

    12:109 Avant toi, Nous n’avons envoyé que des hommes auxquels Nous avons fait révélation, parmi les habitants des cités. N’ont-ils pas parcouru la terre et considéré quelle fut la fin de ceux qui vécurent avant eux ? Certes, la demeure de l’au-delà est bien meilleure, pour ceux qui pratiquent la piété. Ne raisonnez-vous donc pas ?

    12:110 Lorsque les messagers étaient tout près de perdre espoir [et que leurs adeptes] se croyaient dupés, alors leur venait Notre secours. Ceux que Nous voulions sauver étaient épargnés, mais jamais Notre châtiment n’aurait pu être détourné des criminels.

    12:111 Dans leur histoire se trouve certes une leçon pour les gens doués d’intelligence. Ce n’est point une affabulation, mais plutôt une confirmation des Écritures qui existaient auparavant, un exposé détaillé de toute chose, un guide et une miséricorde pour les gens qui croient.

Commentaires

app android

Sélections